Bien contrôler pour
la sécurité de vos employés !

Recevoir un devis gratuit "VGP"


  • Vos coordonnées :

En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la demande de devis et de la relation commerciale qui peut en découler.

Veuillez consulter notre politique de confidentialité afin de connaître vos droits sur l’exploitation de vos données personnelles.

Recevoir un devis gratuit "VGP"


  • Vos coordonnées :

En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la demande de devis et de la relation commerciale qui peut en découler.

Veuillez consulter notre politique de confidentialité afin de connaître vos droits sur l’exploitation de vos données personnelles.

La vérification des Grues à tour

Ces contrôles permettent de s’assurer :

  • Que l’installation est conforme à la règlementation (distances de sécurité, balisage),
  • De son état de conservation dans le temps (charpente, fuites d’huile, crochet)
  • De l’usure des câbles,
  • Du fonctionnement des sécurités (limiteurs de course et de charge),
  • De la présence des accessoires obligatoires (extincteur, anémomètre, plaque de consigne et de charges, boîtiers indicateurs)
  • Que les protections contre les chutes de hauteur sont bien en place (garde-corps, échelles munies de crinolines).

La périodicité de ces vérifications :

  • Après chaque montage sur un chantier,
  • Tous les ans pour les grues en poste fixe (grues de parc, chantiers de longue durée),
  • Après une réparation d’un organe essentiel (soudure d’un élément de charpente),
  • Après une modification (télescopage, rallongement ou raccourcissement de la flèche),
  • Au moins tous les 6 mois pour les GMA sur vérins se déplaçant fréquemment.

Les essais dynamiques et statiques :

Les essais dynamiques consistent à vérifier :

  • Le bon fonctionnement des limiteurs de course (levage, distribution, orientation, translation)
  • Le réglage du limiteur de moment conformément à la notice du fabricant de la grue, il doit empêcher de lever et de distribuer une charge supérieure à celle permise par la grue. Il se règle et se teste avec une surcharge de 10%.
  • Le réglage du limiteur de charge maxi, il doit empêcher de lever une charge supérieure à celle prévue par le fabricant et de limiter en petite vitesse le levage des charges supérieures à 50% de la charge maxi de la grue. Comme le limiteur de moment il se règle avec 10%.
  • La bonne tenue du frein de levage qui est réglé pour tenir la charge maxi de la grue + 25%.

Les essais statiques servent à contrôler la déformation de la charpente en laissant suspendu à environ 1 mètre du sol la charge maxi à la portée considéré + 33%, certains vérificateurs continuent de laisser cette charge suspendue à la grue pendant 1 heure. Après ce temps, si la charge s’est rapprochée du sol il y a un défaut quelque part.

 

Le rapport de vérification.

Le vérificateur notera sur un rapport provisoire toutes les observations qu’il a pu constater pendant la visite qui nécessitent une réparation, un réglage ou un contrôle plus approfondi. Ce rapport provisoire est remis au responsable du chantier qui en prends connaissance et devra entreprendre rapidement les mesures nécessaires pour remédier à toutes les observations mentionnées.

Il arrive que certains rapports comportent des réserves sur l’utilisation de la grue si celle-ci est en très mauvais état. Lorsque les réparations sont effectuées, il est possible de faire revenir le vérificateur pour une « levée de réserve ».

 

Tous les grutiers sont en droit de demander à consulter ce rapport, si ils n’ont pas pu assister à la vérification ou pour s’assurer que la grue est conforme.

Grue Mobile accident
Grue Mobile accident

La vérification approfondie

Arrêté du 3 mars 2004 relatif aux examens approfondis des grues à tour

NOR : SOCT0410466A
Version consolidée au 31 mars 2005

Le ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité et le ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche et des affaires rurales,

Vu la directive 98/34/CE du Parlement européen et du Conseil du 22 juin 1998 prévoyant une procédure d’information dans le domaine des normes et réglementations techniques et des règles relatives aux services de la société de l’information, et notamment la notification n° 2003/0261/F ;

Vu le code du travail, et notamment ses articles L. 620-6, R. 233-11 ;

Vu l’avis du Conseil supérieur de la prévention des risques professionnels, commission spécialisée n° 3 ;

Vu l’avis de la Commission nationale d’hygiène et de sécurité du travail en agriculture,

Article 1

Le présent arrêté détermine pour les grues à tour le contenu et la périodicité des examens approfondis de l’état de conservation qui doivent être effectués en complément des vérifications de bon état de conservation prescrites par l’arrêté du 1er mars 2004 relatif aux vérifications des appareils et accessoires de levage pris en application de l’article R. 233-11 du code du travail. Il précise, en outre, la nature des informations et des résultats qui doivent être reportés sur le carnet de maintenance établi et tenu à jour par le chef d’établissement, conformément à l’article R. 233-12 du code du travail dans les conditions fixées par l’arrêté du 2 mars 2004.

Article 2

On entend par  » examen approfondi de l’état de conservation d’une grue à tour  » l’examen qui a pour objet de vérifier le bon état de conservation de son ossature et de tous ses éléments essentiels, y compris ceux dont l’état ne peut être constaté qu’après démontage.

Il doit permettre, en particulier, après démontage des parties essentielles de la grue à tour, de déceler toutes défaillances susceptibles de survenir du fait de leur degré d’usure ou de leur fatigue excessive et d’entraîner des accidents de personnes.

Article 3

Cet examen doit être réalisé sous le contrôle d’un technicien hautement qualifié possédant la compétence et les connaissances nécessaires pour apprécier et prescrire, après les démontages nécessaires, le remplacement des pièces qui sont de nature à générer toute défaillance inopinée de l’appareil, d’en surveiller le remontage et d’en permettre la remise en service après une vérification lui permettant de s’assurer expérimentalement de leur bon fonctionnement sous charges d’épreuves statique et dynamique.

Cette vérification avant remise en service exonère l’utilisateur de l’exécution des épreuves statique et dynamique respectivement prévues aux d et e de l’article 19 de l’arrêté du 1er mars 2004 relatif aux vérifications des appareils et accessoires de levage, lors des vérifications de remise en service prescrites aux c et d de l’article 20 de ce même arrêté, à condition que la date de cet examen approfondi et le résultat des mesures faites soient reportés sur le registre de sécurité avec la conclusion de la vérification prescrite aux a et b de l’article 20 de l’arrêté précité.

Article 4

A la suite de l’examen approfondi doivent être consignées, sur le carnet de maintenance, les mentions suivantes :

– le nom, la qualité et l’appartenance des personnes qui l’ont effectué ;

– la date de l’examen ;

– la nature des opérations effectuées, les références des éléments de la grue à tour qui ont fait l’objet de réparations ou de remplacement ;

– les références d’un éventuel rapport d’intervention ;

– la date prévue pour le prochain examen approfondi.

Article 5

Les grues à tour visées par l’article 1er du présent arrêté doivent faire l’objet au moins tous les cinq ans d’un examen approfondi des éléments essentiels visés à l’article 6, à moins que la nature et les résultats des examens approfondis, réalisés selon les instructions du fabricant et la périodicité que ce dernier a définie, ne figurent dans le carnet de maintenance.

Article 6

Les éléments essentiels devant faire l’objet de l’examen approfondi défini à l’article 2 du présent arrêté sont les suivants :

– la structure et ses organes d’assemblage (pièces d’éclissage, fixation de la couronne d’orientation) ;

– les mécanismes de treuil (levage, direction et dispositifs de commande)

– les mécanismes de translation et dispositifs d’ancrage ;

– les mécanismes d’orientation et de mise en girouette ;

– les crochets, moufles et chariots ;

– l’ensemble des câbles et de leurs fixations ;

– les dispositifs de sécurité tels que les indicateurs et limiteurs.

 

Source : Légifrance

Les bennes à béton.

Il existe de nombreux modèles de bennes à béton :

  • À vidage central
  • À vidage latéral
  • À volant ou à levier
  • Avec ou sans goulotte
  • Certaines se couchent, d’autres restent droites

Les contenances varient de 100 litres à + 2000 litres.

Source SECATOL.

Le podium de lavage est muni d’une passerelle avec garde-corps où se placera la personne chargée du nettoyage de la benne à béton.

Bennes à béton

Les bennes à gravats

Ces bennes très utiles sur les chantiers servent à évacuer des gravats (débris de béton, …), transporter de la terre ou autres matériaux. Elles sont équipées d’un système permettant de les vider.

Un fabricant a eu l'idée de concevoir une brouette pouvant être déplacée avec un engin de levage.
Benne à gravats
Benne à gravats

Les palonniers

Ce palonnier est muni de nombreux crochets. Des câbles coulissants sur des poulies permettant de mieux répartir le poids de la charge sur tous les anneaux de levage.
Sans palonnier, la cabine de ce Tracto- pelle serait endommagée.
Cette poutre équipée de crochets à ses extrémités, permet de maintenir un écartement entre des élingues. Il permet également d'éviter un angle trop important (supérieur à 90°) aux élingues lors de levage de charges longues.

Les lèves palettes

Lève palettes standard
Auto-équilibré : Il faut positionner le crochet de levage de l'élingue à gauche quand il n'y a pas de charge pour que les fourches soient bien à plat et à droite avec une charge pour incliner légèrement le lève palette en arrière.
Avec protections : Sur ce type de lève palettes, le gros ressort se trouvant sur un bras articulé, maintien les fourches à plat quand il n'y a pas de charges et se détend pour incliner le lève palette en arrière avec une charge.

Il faut équiper les lèves palettes de filets de protection. Ils servent à éviter les chutes de matériaux comme des briques, tuiles, etc…

Bac à mortier

Ce bac étanche élevable soit avec des élingues soit avec un lève palette, sert à transporter du mortier, du béton ou divers matériaux.

Benne preneuse à déclic

Benne preneuse

Accrochée à la grue, cette benne à déclic permet de saisir et de vider du sable, du gravier, du tout-venant, des gravats.

La nacelle de secours

Nacelle de secour

Sur les gros chantiers, il est souvent prévu une nacelle de secours pour pouvoir évacuer des blessés. Elle doit être homologuée avec indication du poids maximum et du nombre de personnes quelle peut transporter.

Elle ne peut pas être utiliser pour effectuer des travaux, en France le transport de personnes est interdit sauf avec une autorisation exceptionnelle et sous certaines conditions.

Panier de stockage

Le panier est utilisé pour ranger des poutres bois, des étais, des éléments de tour. Ils peuvent s’empiler pour gagner de la place.

Horaires d’ouverture : lundi au vendredi de 9h-12h et 13h-18h