Bien contrôler pour
la sécurité de vos employés !

Recevoir un devis gratuit "VGP"


  • Vos coordonnées :

En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la demande de devis et de la relation commerciale qui peut en découler.

Veuillez consulter notre politique de confidentialité afin de connaître vos droits sur l’exploitation de vos données personnelles.

Recevoir un devis gratuit "VGP"


  • Vos coordonnées :

En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la demande de devis et de la relation commerciale qui peut en découler.

Veuillez consulter notre politique de confidentialité afin de connaître vos droits sur l’exploitation de vos données personnelles.

Qu'est-ce qu'un massicot ?

Un massicot est un appareil de façonnage très utilisé dans le domaine de l’imprimerie. Il permet d’effectuer des coupes nettes et précises de papier, ou bien d’autres matériaux en fonction de l’usage qui en est prévu à sa conception.

En France, le massicot tient son nom de son inventeur, Guillaume Massiquot, qui a déposé un brevet pour son système en 1844. L’appareil qu’il avait conçu effectuait le blocage d’une pile de papier simultanément à la descente d’une lame à mouvement oblique qui allait couper cette pile. La mise en marche de l’appareil était alors effectuée par l’action d’un volant et d’un engrenage manuel.

Le massicot est ainsi caractérisé, pour schématiser, par une lame qui descend comme une guillotine sur le papier. C’est sans doute la raison pour laquelle, en anglais ou en allemand, « massicot » peut se traduire par « guillotine ». Il ne faut donc pas confondre un massicot avec

  • Une cisaille : c’est une lame qui s’abaisse le long d’une contre-lame (le mécanisme est quasi-similaire à celui d’une des lames d’une paire de ciseaux),
  • Une rogneuse : elle est composée d’une lame circulaire, contenue dans une tête de coupe, qui va coulisser le long d’une barre métallique.

Un massicot, pour quel usage ?

Les massicots permettent de couper une hauteur de papier très importante, avec une précision allant de l’ordre d’un millimètre pour un affichage analogique / sur réglette, au dixième de millimètre pour ceux à affichage digital. Certains massicots vous permettent même la visualisation de la ligne de coupe par matérialisation optique par LED sur le support à couper.

Les massicots répondent donc à des usages bien spécifiques : une masse de coupe importante (souvent, de 50mm à 90mm soit équivalente à plus d’une ou deux ramettes d’épaisseur), en série, demandant une bonne précision de coupe (imprimerie, services prépresse, copy-shops…).

Le massicot vous fera donc évidemment gagner un temps précieux par sa capacité de coupe, plus importante que celle des cisailles (une petite cinquantaine de feuilles maximum).

Le dispositif de serrage du papier permet en outre la stabilité de vos documents durant la coupe : pas de risque qu’ils glissent sur le support.

Affichage digital, massicot Ideal
Réglette de précision, massicot Ideal
Carter de protection avant, massicot Ideal
Détection par cellule photoélectrique, massicot Ideal

La réglementation de l'usage de massicots

L’utilisation d’appareils de coupe et de presse n’est pas sans danger : coupures, écrasements… depuis son invention, l’usage du massicot a provoqué un grand nombre d’accidents. Ainsi, la sécurité est sans cesse renforcée par des moyens de protection toujours plus efficaces :

Visite Générale Périodique obligatoire tous les 3 mois

Toute entreprise doit assurer en permanence le maintien en état de conformité de tous ses équipements de travail.

Les Équipements antérieurs à la mise en place du marquage CE doivent être conformes aux articles R. 4324-1 à R. 4324-45 du Code du travail.

Les Équipements soumis au marquage CE doivent être conformes aux règles techniques prévues aux articles R. 4312-1 et R. 4312-2.

 

La liste des équipements soumis à vérifications périodiques comprend certaines machines à risques spécifiques (presses, compacteurs à déchets, massicots…). Pour les autres machines, c’est au chef d’établissement de définir une organisation permettant de répondre au même objectif.

 

Le résultat de ces vérifications est consigné dans un registre de sécurité (où sont également mentionnés tous les incidents, anomalies, remplacements de pièces…). Ce registre est tenu à disposition de l’inspecteur du travail et de toutes les personnes ou organismes concernés par la prévention des risques professionnels.

 

Les vérifications périodiques ne se substituent pas à l’obligation d’effectuer les opérations de maintenance définies par le fabricant de la machine. Il est d’ailleurs fortement recommandé d’enregistrer les opérations de maintenance des machines dans un carnet de maintenance (arrêté du 2 mars 2004).

 

Les VGP ont un rôle préventif et ont notamment pour objectif de déceler, toute détérioration ou dysfonctionnement susceptible de créer des dangers pour les utilisateurs. Les défauts constatés doivent être réparés conformément à l’’obligation de sécurité et du maintien en l’état de conformité.

Le non-respect de cette règlementation engage directement la responsabilité du chef d’’établissement ou du responsable légal en cas d’accident.

Le contrôle doit être effectué lors de la mise en service et de façon périodique.

Horaires d’ouverture : lundi au vendredi de 9h-12h et 13h-18h